Le Mot du Maire

Discours adressé aux élus, représentants des autorités, des conseillers municipaux et des habitants de la commune lors de la Cérémonie de présentation des vœux, le 19 janvier 2019

Mesdames et Messieurs, Chers amis,

Vous le savez, c’est un véritable plaisir pour nous, élus, de vous retrouver à l’occasion de cette cérémonie annuelle des vœux. C’est une tradition, un temps important de début d’année, un moment privilégié de rencontre et d’échanges. C’est enfin une cérémonie qui permet, par sa régularité, de donner du sens à notre action collective, à notre action publique.

Au nom de l’ensemble des élus municipaux permettez-moi de vous adresser nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année 2019. Qu’elle soit pour chacune et chacun d’entre vous, pour vos associations, pour vos entreprises source de projets et de succès. Qu’elle vous apporte santé, bonheurs, joie et amitiés.

C’est le moment pour nous tous de poser un regard sur l’année 2018 qui se termine et de lancer les perspectives de ce qui va nous réunir en 2019.

Cette année 2018, déjà derrière nous aura été inévitablement marquée par le Centenaire de la fin de la «Grande Guerre».

Je crois, comme vous tous ici, qu’il est essentiel de ne pas oublier notre passé pour toujours mieux préparer notre avenir.

Il nous faut en effet connaître, collectivement, notre histoire commune pour éviter d’en reproduire les erreurs, voire les horreurs.

Et pourtant, l’année écoulée a encore été marquée par des événements inquiétants au plan international. Entre des déclarations de « va-t-en-guerre » et une diplomatie certes ferme mais qui vise la paix, je choisis la paix. Comment ne pas être inquiet devant les prises de positions diplomatiques de quelques dirigeants de grands pays face aux tensions dans certaines régions du monde.

Ce n’est évidemment ni le moment, ni le lieu pour développer ces questions mais je veux simplement rappeler que la paix est un équilibre fragile, et que le devoir de mémoire, indispensable à notre avenir, n’en est que plus fondamental.

Je veux aussi ici rappeler l’extrême importance du scrutin européen qui aura lieu en mai prochain. Nous savons que traditionnellement ce scrutin est peu prisé par les électeurs. Et pourtant. Ces élections prochaines vont décider du futur de l’Europe, de son projet.

Ce scrutin est plus que jamais important. Le projet Européen avec ses défauts, j’en conviens, nous a permis de vivre en paix plus de 70 ans. Une génération complète ou presque. Ce n’était jamais arrivé auparavant dans l’histoire de France.

Pour la génération d’après-guerre, celle de mes parents, le romantisme était incarné par l’ouverture du monde, par la volonté de mieux connaître l’étranger ou l’inconnu, de faire avec lui, de le comprendre et de composer. C’était l’idée d’une Europe au service des peuples et de la paix.

Le « romantisme » du 21ème siècle semble être celui du repli sur soi. Je ne me reconnais pas dans un destin qui se bornerait à affirmer et dénoncer nos différences et nos identités avec des slogans réducteurs et dangereux.

Alors que voulons-nous ? Une Europe ouverte, de partage et d’échanges ou une Europe des replis sur soi, des nationalismes qui conduisent inexorablement aux bruits de bottes? Il faudra nous mobiliser en mai.

Mais la mémoire ne suffit pas. Il nous faut lutter sans cesse, sans relâche contre ce qui fait le terreau des replis sur soi et des nationalismes, l’exclusion, la pauvreté, l’abandon, l’irrespect, la peur de l’autre. Il faut lutter aussi contre l’abandon des territoires par les services publics qui resteront toujours les acteurs essentiels des cohésions sociales. La crise que vit actuellement notre pays avec ce mouvement des gilets jaunes très significatif qui trouve son origine dans le sentiment d’abandon et de non-respect des territoires ruraux et périurbains. Il faut donc savoir en tirer les leçons et lucidement essayer de trouver les meilleures réponses pour que chacun puisse vivre avec les mêmes chances et la même considération dans n’importe quel territoire du sol français. Si je n’avais qu’un seul message à faire passer ce soir, ce serait donc de nous inviter, tous ensemble, à apprendre du passé pour mieux oser l’avenir.

Le travail d’une équipe municipale c’est à la fois de s’occuper du quotidien, du cadre de vie, de ce que l’on appelle la proximité, et, dans le même temps, voir plus loin, développer des projets, préparer l’avenir.

Et pourtant, il est difficile pour un Maire, début 2019, de ne pas être inquiet face aux incertitudes et contraintes budgétaires nationales. Je veux simplement citer 2 éléments:

- l’État demande aux Collectivités Locales de réduire leurs dépenses de 13 milliards d’ici 2022.

- l’exonération à terme de 80% des ménages de la taxe d’habitation. Elle devrait certes être intégralement compensée par l’État. Mais avec quel argent ? C’est 18 milliards à trouver en 2020.

Vous l’avez compris, ces équations ne sont pas simples pour un Maire et son équipe.

Ceci dit et pour ne pas laisser place à la moindre ambiguïté, je vous le redis comme je l’ai fait l’an dernier : nous n’augmenterons pas le taux communal des impôts locaux. Nous tiendrons notre engagement.

Mais c’est le jour des vœux, et donc de l’espoir dans l’avenir.

En matière de proximité, il y a certes les services municipaux, mais il y a aussi, et bien sûr, les associations. Je veux ici remercier l’ensemble des acteurs associatifs : les présidentes et présidents ainsi que l’ensemble des bénévoles, leur témoigner de tout mon soutien. Tous ces acteurs font vivre le tissu associatif de notre Commune dans différents domaines.

La solidarité, le cadre de vie, la défense des droits, la convivialité. Les associations organisent ou participent à des événements qui animent notre Commune tout au long de l’année.

Alors quelle réalisations en 2018 et quelles perspectives pour notre Commune en 2019?

2018 ne restera pas une année faste pour GUIGNECOURT.

Concernant notre P.L.U. (Plan Local d’Urbanisme), dont l’étude commencée en 2016 aurait dû être terminée au printemps 2018,  il s’avère que la fermeture impromptue de la société du consultant, le cabinet INGETER, qui accompagnait la commune dans ce projet, nous oblige à reprendre la plus grande partie de ce dossier.

Par ailleurs, la réfection du Chemin du Clos Renard dont le coût des travaux estimé à 53 500 € H.T. (64 200 € T.T.C.) prend également du retard car les demandes de subventions faites  en mai 2018 auprès du Département, de l’Etat et de la C.A.B, n’ont pas toutes abouties.

Seul le Département a répondu favorablement avec l’attribution d’une subvention de 16 340 €.

Toutefois, 2018 a vu le début de la mise en accessibilité PMR (Personnes à Mobilité Réduite) des locaux municipaux.

Parmi les autres réalisations, notons :

- les Travaux imprévus suite au passage de la commission de sécurité sous peine de fermeture.

- le traditionnel arbre de noël

Au cours de l’année nous avons perçu 4 500 € de subvention de l’Etat. 

Pour 2019, à ce jour, il est donc prévu :

-  la réalisation des travaux de voirie Chemin du Clos Renard, quel qu’en soit le mode de financement;

- des travaux de rénovation de voirie dans la traversée de la Commune;

- l’aboutissement de notre PLU;

- et, sous réserve de financement, quelques travaux de d’accessibilité PMR.

Avant de conclure, je veux vous redire notre méthode de travail : l’écoute et l’échange !

Je suis en effet convaincu que les Guignecourtois ont besoin de cette écoute et de ce partage. Nous vivons dans une société où l’immédiateté, les informations non vérifiées, les petites phrases sur les réseaux sociaux, sont reines. Il faut prendre du recul sur les déclarations à l’emporte-pièce qui n’ont parfois comme objectif que de faire exister leur auteur. Cette immédiateté et certaines pratiques sur les réseaux sociaux participent à une forme de violence. Au final, elles affaiblissent notre société, notre capacité à faire ensemble et à nous respecter.

Enfin, à la conclusion de ces vœux, je veux que nous ayons une pensée pour ceux qui nous ont quittés en 2018.

Ayons également une pensée ensemble pour tous ceux qui souffrent, qui ne peuvent être parmi nous.

Enfin, je voudrais terminer mon propos en vous disant ma fierté et mon engagement.

Ma fierté d’être le Maire de cette Commune, ma fierté de travailler avec vous tous, représentants des services publics, des entreprises, dirigeants associatifs, sportifs, bénévoles, habitants.

Mon engagement et ma détermination sont toujours les mêmes, comme au premier jour où vous nous avez accordé votre confiance à mon équipe et moi-même. Ils sont identiques car je sais pouvoir compter sur cette équipe, son enthousiasme et sa volonté.

Merci donc une nouvelle fois à vous adjoints et élus pour cet appui.

C’est le moment pour moi, de réitérer mes meilleurs vœux à chacun d’entre vous pour un avenir qui apprend du passé, mais aussi un avenir qui se construit sur l’intelligence collective, un avenir pensé et réfléchi plutôt qu’opportuniste, un avenir ambitieux plutôt que replié sur lui-même, un avenir radieux plutôt que morose.

Je fais aussi le vœu que 2019 apporte à la France apaisement et sérénité dans des valeurs de partage, de dialogue et de confiance retrouvés.

Que 2019 apporte à l’Europe tout le soutien dont elle a besoin pour que tous les pays retrouvent cet esprit d’ouverture et d’échanges qui était l’essence même du projet voulu par ses pères fondateurs.

Très belle année à toutes et à tous !

Le Maire,

Philippe Desirest

Cérémonie des vœux du 19 janvier

La traditionnelle cérémonie des vœux a rassemblé une quarantaine de personnes samedi 19 janvier à la salle polyvalente de notre commune. Le maire, Philippe Désirest, a souhaité une bonne année aux habitants après avoir dressé un bilan de l'année écoulée puis présenté les projets 2019 pour Guignecourt, devant le Vice-Président de la Communauté d'Agglomération du Beauvaisis, Jean-Marie Julien, et les membres du Conseil Municipal (voir "Le Mot du Maire" ci-dessous). Le maire a déploré la faiblesse de la dotation de l'Etat avec des  financements insuffisants à ce jour pour la réfection du Chemin du Clos Renard. Il s'est toutefois engagé afin que les travaux soient réalisés en 2019. Au registre des désillusions, Philippe Désirest a également évoqué le retard pris pour la réalisation du Plan Local d'Urbanisme (PLU) après la fermeture impromptue de la société du consultant, le cabinet INGETER, qui accompagnait la commune dans ce projet. Le maire a remercié les associations et bénévoles du village pour leur engagement et leur dynamisme puis il a cédé la parole à Jean-Marie Julien. Le Vice-Président de la Communauté  d'Agglomération, à son tour, a commenté l'actualité, s'insurgeant lui aussi du désengagement de l'Etat, puis a affirmé son soutien et celui de la Communauté d'Agglomération pour les dossiers de demandes de financements présentés par notre commune en 2019. Parmi ces projets figurent notamment la réfection du toit de l'église et l'installation d'un dispositif de vidéo-surveillance aux abords de la salle des fêtes, du stade de foot-ball et le l'axe principal du village Au terme des discours, élus et habitants se sont retrouvés ensemble autour du Verre de l'Amitié pour clôturer la soirée.

Philippe DESIREST et Jean-Marie JULIEN, Vice-Président de la Communauté d'Agglomération du Beauvaisis

Commémorations du Centenaire de l'Armistice

Un moment émouvant et pluvieux
Les habitants, venus nombreux, très attentifs au discours du maire
Recueillement au moment de la sonnerie aux morts
Pour se souvenir: plantation d'un tulipier de Virginie par les enfants de la commune
Après les hymnes, Alain Loop, tenant à assurer les finitions, revient à ses premières amours
Près de 50 habitants pour assister à l'événement
L'arbre du souvenir
 

Quel avenir pour la grange dimière?

Nous vous invitons à consulter le document ("idées de reconversion de la grange dimière" situé au bas de cet article) réalisé par Monsieur Samy CHEVALIER, Chargé de Mission Urbanisme au Conseil d’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement de l’Oise (CAUE 60).

Il s’agit d’une étude qui établit un état des lieux et fixe les enjeux afin de proposer des idées de reconversion de la grange dimière (voir sa description en page « Patrimoine » de ce site) située au cœur du village.

Quel choix souhaitons-nous pour ce bâtiment, témoin de l’architecture rurale beauvaisienne,  XVI – XVIII ème siècle ?

Une réflexion des élus de la Commission d’Urbanisme est actuellement en cours dans le cadre de la mise en place du Plan Local d’Urbanisme (PLU) et une réunion publique permettra aux habitants de donner leur avis et ainsi de prendre part activement à ce projet.

Cliquer sur ce  lien: « Idées de reconversion de la grange dimière »

Une commune plus sûre

 Lors de la réunion du 27 avril avec des maires, la Brigade de Gendarmerie de Beauvais Bresles a effectué un nouveau point sur la sécurité dans les communes pour la période d’un an, entre mars 2015 et mars 2016.  On constate, pour l’ensemble des faits relevés dans notre commune (violences, vols, escroqueries et infractions à la réglementation), une baisse de 50% (10 faits en 2015 contre 5 en 2016). Pour les cambriolages seuls, la baisse est encore plus significative puisqu’on passe de 7 faits en 2015 contre 1 seul en 2016, soit une baisse de 85,7% ! On peut supposer que la mise en place du dispositif « Voisins vigilants » y est pour quelque chose et espérer en tout cas que le niveau de sécurité actuel se maintienne !

Restons donc attentifs à tout événement, individu et véhicule suspect afin de le signaler au réseau de voisins vigilants ou directement à la mairie qui se mettra en contact avec la gendarmerie.

Quelques rappels de citoyenneté!

 

TONDEUSES ET ENGINS A MOTEUR

 Pour le bien être de tous et conformément à la législation, nous rappelons qu'ils sont interdits le dimanche et jours fériés (Arrêté Communal).

Leur usage est autorisé du lundi au vendredi de 8 h à 12 h et de 13 h 30 à 19 h 30 ainsi que le samedi de 9 h à 12 h et de 15 h à 19 h (Arrêté Préfectoral).

 

NUISANCES SONORES

Les habitants sont tenus de prendre toutes précautions pour éviter que la tranquillité du voisinage ne soit troublée, notamment par des bruits émanant de téléviseurs, magnétophones, appareils HIFI, instruments de musique et appareils ménagers (Arrêté Préfectoral)

 

SALLE MULTIFONCTION

Lorsque vous ou vos amis louez la salle, veuillez ne pas ouvrir les volets et les fenêtres et ne pas « pousser la sono ». En quittant les lieux, merci de veiller à la tranquillité des voisins.

 

CIRCULATION

- dans le village

La descente de la Rue de la Place est interdite de jour comme de nuit.

La vitesse est limitée à 45 km/h. dans la traversée de la Commune.

Ces deux rappels s'adressent à tout véhicule y compris les deux-roues.

Des contrôles réguliers de gendarmerie ont été demandés.

- véhicules motorisés dans les espaces naturels : une circulation réglementée

La pratique des sports motorisés se développe sans cesse. Or, la circulation des véhicules à moteur comme les quads, les 4x4 ou les motos cause des dommages aux milieux naturels (dégradation des habitats naturels), à la faune (dérangement, modification du comportement) et à la flore. Elle est également source de danger (risques d’accidents) et de nuisances pour d’autres catégories d’usagers (marcheurs, cavaliers, cyclistes) et de dégradations de pistes et de chemins (érosion).

Afin de concilier protection de la nature et activités humaines, la circulation des véhicules à moteur dans les milieux naturels fait l’objet d’une réglementation rendue plus stricte depuis 1991.

Articles L. 362-1 à L.362-8 et R. 362-1 à R. 362-5 du Code de l’environnement Article R. 331-3 du Code Forestier Articles L. 2213-2, 4, 23 et L. 2115-1 et 3 du Code général des collectivités territoriales Circulaire du 6 septembre 2005 relative à la circulation des quads et autres véhicules à moteur dans les espaces naturels. Plan départemental des espaces, sites et itinéraires (PDESI) qui inclut le plan départemental d’itinéraires de randonnées motorisés (PDIRM) (conseil général)

 La circulation des véhicules à moteur à moteur dans les espaces naturels est interdite. En effet, cette circulation n’est autorisée que sur les voies ouvertes à la circulation publique.

LES CONTREVENANTS S’EXPOSENT A DES AMENDES DE 5ème CLASSE (1 500 €) ET A LA MISE EN FOURRIERE DE LEUR VEHICULE.

D’ autre part, les motos de petite taille et les quads construits pour un usage sur route font l'objet d'une réception communautaire obligatoire. Cette réception vaut pour l'ensemble de l'Union Européenne.

 Si la réception de ce type de véhicule est une condition nécessaire, elle n'est pas suffisante pour les autoriser à circuler sur les voies ouvertes à la circulation publique.

            * Les motos de petite taille sont assimilées à des cyclomoteurs ou à des motocyclettes légères. Après avoir été réceptionnées, elles doivent être immatriculées (Article R.322-1 du Code de la Route). Les propriétaires de ces engins qui ne respectent pas cette obligation sont passibles d'une contravention de 4ème classe.

             * Les quads doivent être immatriculés pour être autorisés à emprunter les voies publiques ouvertes à la circulation.

Les modèles conçus pour une pratique en dehors de la voie publique :

 Ces véhicules ont pour seule finalité la pratique de loisir, la compétition sportive ou un usage ludique sur un terrain privé.

  Etant non réceptionnés et de fait non immatriculés, ils ne peuvent être utilisés sur les voies publiques ou les lieux ouverts à la circulation.

BRÛLAGE DES DÉCHETS VERTS DANS SON JARDIN

Les particuliers n'ont pas le droit de brûler leurs déchets ménagers à l'air libre.

Les déchets dits "verts" produits par les particuliers sont considérés comme des déchets ménagers.

À ce titre, il est notamment interdit de brûler dans son jardin :

  • L’herbe issue de la tonte de pelouse,

  • Les feuilles mortes,

  • Les résidus d'élagage,

  • Les résidus de taille de haies et arbustes,

  • Les résidus de débroussaillage,

  • Les épluchures.

À savoir : les déchets verts doivent être déposés en déchetterie ou dans le cadre de la collecte en porte à porte. Ils peuvent également faire l'objet d'un compostage individuel.

 

Sanctions

Les services d'hygiène peuvent être saisis lorsqu'une personne ne respecte pas l'interdiction.

Brûler ses déchets verts dans son jardin peut être puni d'une amende pouvant aller jusqu'à 450 € (article 131-13 du nouveau code pénal).

À noter : les voisins incommodés par les odeurs peuvent par ailleurs engager la responsabilité de l'auteur du brûlage pour nuisances olfactives.